Non classé

(Pornodépendants) La Masturbation « Contrôlée »

- Consommer de la pornographie revient à cautionner, alimenter l’esclavage sexuel d’êtres humains. LISEZ CECI

- Pour se sortir de la pornodépendance, lire quelques articles sur le sujet ne suffit pas, et mettre son porno à la poubelle non plus. Il vous faut un vrai Programme de Guérison pour vous guérir vous-mêmes.

- Vous avez un doute sur votre dépendance ? C’est par là

———————————————————————

———————————————————————

Mis à jour le 18/12/2020

——————————————————-

AVANT-PROPOS : 

Vous êtes plusieurs à témoigner de l’utilité de la masturbation contrôlée. Toutefois, n’oubliez pas que cet outil à lui seul, ne suffit pas à guérir de la pornodépendance. Je vous recommande d’utiliser le Programme de Guérison du site.

——————————————————-

I – QUI DEVRAIT LIRE CE POST ?

- toute personne qui pense que cesser de se masturber (sans porno biensûr) est une bonne idée,

- celles qui sont bloquées dans « ça tient 1, 2 ou 3 semaines, puis je craque et je rechute » ou, ce que j’appelle, l’effet cocotte-minute.

- les personne pornodépendantes en couple

——————————————————-

——————————————————-

II – « LA MASTURBATION EST UN FACTEUR DE RECHUTE… »

FAUX

C’est effectivement ce mythe qui pousse les pornodépendants à pratiquer le NOFAP.

En réalité, ce n’est pas la masturbation en elle-même, mais la façon de faire qui fait toute la différence.

Explications :

En effet une masturbation pratiquée sans contrôle sur les pensées (en se repassant dans la tête les films porno et/ou en ne faisant appel qu’à des fantasmes pornographiques) entretient une sensation de manque, caractéristique de l’addiction. On parle souvent de « masturbation compulsive » pour décrire cette espèce d’état de tance dans lequel la personne se plonge et qui alimente son addiction.

Ainsi, aussi longtemps que l’on ne pratique pas une masturbation « en conscience » (en contrôlant ses pensées/fantasmes), alors celle-ci reste problématique. Mais ce qu’il faut comprendre ici, c’est que ce n’est pas le fait de se masturber qui rend difficile la guérison, mais ce qu’on visualise, imagine pendant.

C’est à la suite de cette erreur de jugement qu’il y a des années, des hommes en sevrage ont formulé la réponse : « alors il ne faut pas se masturber / le moins possible » (hypothèse malheureusement encouragée par la théorie des 90 jours, dont je reparlerais plus bas). Ainsi est né l’approche couramment appelée « NOFAP ».

Hors, cette réponse est inappropriée, puisqu’elle est basée sur une erreur d’appréciation.

PIRE ENCORE… :

En s’abstenant de masturbation (sans porno toujours), la personne génère un état de tension et de manque contre-productif, qui sabote la guérison.

J’y reviendrai plus loin.

——————————————————-

——————————————————-

III – GOOD NEWS : UNE ALTERNATIVE EXISTE !

Heureusement, une solution beaucoup plus productive a été trouvée :

la masturbation en conscience (ou « masturbation contrôlée »).

Cette technique permet de reprendre le contrôle sur notre mental, en l’exerçant à reprendre le contrôle sur les pensées et images mentales pour pouvoir se masturber tout en guérissant.

——————————————————-

——————————————————-

IV – La MASTURBATION CONTRÔLÉE, COMMENT CA MARCHE ?

C’est simple. 

Nous utilisons ici l’incroyable pouvoir de la visualisation.

Il s’agit d’alterner entre 2 phases que nous détaillerons plus bas. Mais globalement, il suffit de se masturber en s’imaginant en train d’embrasser tendrement sa compagne/son compagnon. Peu importe que vous soyez célibataire ou non et que cette personne soit fictive ou non. Le truc, c’est d’essayer d’y mettre du coeur, en imaginant que vous êtes amoureux de cette personne.

CONSEILS :

- Ce ne sera pas forcément facile les premières fois de maintenir ainsi ce contrôle sur vos pensées. Mais il n’y a qu’une règle pour que cela apporte du résultat : ne surtout pas abandonner. Petit à petit, vous constaterez que les pensées pornographiques compulsives s’éloigneront au fil des semaines, et votre pratique de la masturbation va évoluer vers quelque chose de plus naturel et paisible.

- Par moments, vous constaterez que vous avez relâcher sans vous en rendre compte, et que vous êtes repartis dans les pensées pornographiques. Pas de panique, c’est de la gymnastique. Si vous étiez déjà capable de maintenir un contrôle permanent sur vos pensées, alors vous n’auriez pas besoin de la masturbation contrôlée (cqfd).

Ne vous culpabilisez pas, et revenez simplement à l’exercice. Il s’agit de méditation en fait.

- « ça ne marche pas car j’ai quand même des pensées pornographiques »

Bien entendu. Il s’agit d’un travail progressif, qui va vous demander patience et persévérance. Les images et pensées issues du porno ne partiront pas du jour au lendemain. Continuez quoiqu’il arrive.

« Ce n’est pas normal de me masturber plusieurs fois par semaine, je dois me forcer à le faire le moins possible ».

C’est le contraire. C’est surtout parce-que vous avez un passé de dépendance à la pornographie que vous ne devriez surtout pas procéder ainsi.

Pendant toute la durée de votre addiction, vous vous êtes habitués à avoir beaucoup d’orgasmes, et vous avez beaucoup stimulé votre excitation sexuelle (cela étant proportionnel à la durée de votre dépendance, la fréquence de consommation etc.).

Vous voulez changer cela du tout au tout ? D’un seul coup ?

Avant même de parler (plus bas) des effets très néfastes que cela aurait sur votre guérison, je vous demande ceci : d’où vous vient cette croyance ? Sur quoi vous basez-vous pour affirmer cela ? Nos croyances sont souvent le fruit d’un manque de recul sur notre environnement social.

Et devinez quelles personnes sont les plus concernées par ce poncif (que la masturbation ce n’est pas normal) ? Les personnes pornodépendantes.

Je vous invite à envisager la possibilité que vous fassiez en fait inconsciemment un « transfert » de votre culpabilité (en lien avec la pornographie) sur la masturbation (je ne sort pas cela de nulle part, j’ai passé des années en échange avec des personnes pornodépendantes). Pour nous protéger, nous avons tous des mécaniques internes psychologiques. Souvent, plutôt que de regarder une problématique de façon réaliste et en toute transparence, nous choisissons de nous culpabiliser exagérément sur un autre sujet. 

La culpabilité est un point important, et je le développe dans le « Programme de guérison ». Mais ce qu’il faut retenir ici : culpabiliser de se masturber est contre-productif.

POURQUOI ?

1 – Non seulement se masturber n’est pas prohibé, mais en plus, le fait de se retenir excessivement tend à créer une fragilité, qui rend les bénéfices de votre sevrage précaires. Là encore, je ne sort pas cela d’un chapeau. J’ai moi-même expérimenté le NOFAP de façon très poussé (je suis resté 1 an sans me masturber). Oui, au début, vous débordez d’énergie, et vous vous lancez éventuellement dans plein de projets. Oui, vous avez un regain de vitalité, de force etc.

MAIS, la Sagesse nous enseigne que la vie n’est pas un court-métrage, mais plutôt une série télé au nombre infini de saisons. Ce qui nous intéresse tous, c’est de guérir de façon définitive n’est-ce pas ? Arrêter et rechuter sans cesse ce n’est pas ça qu’on veut n’est-ce pas ?

Hors, les comportements, attitudes, fonctionnements extrêmes présentent le risque de basculer vers l’autre extrême. C’est la loi des polarités. Je recommande donc d’opter pour un fonctionnement équilibré, dans la demi-mesure. Arrêter le porno devrait être un acte extrême oui, mais c’est « l’exception qui confirme la règle ». Celui-ci est nécessaire. Il n’attire pas de mauvaises conséquences.

Par ailleurs, la théorie selon laquelle le fait de se priver de masturbation pendant plusieurs semaines participerait à renforcer la dépendance au porno a déjà été proposée sur cette page.

2 – La masturbation ne fait de tort à personne, et il n’y a pas en avoir honte. 

En vous réconciliant avec la masturbation, vous vous réconciliez avec votre sexualité et donc également avec vous-mêmes.

En acceptant que la masturbation soit dans votre vie et que vous en ayez besoin (naturellement par ailleurs, tant que cela se fait bien entendu sans pornographie), vous vous autorisez à vivre des instants d’intimité avec votre corps.

Vouloir fixer un rythme et vous y tenir est une chose… Et vous avez raison, c’est important.

Mais en vous empêchant de vous masturber/en limitant trop, vous risquez de tomber de haut.

C’est très simple, pourquoi les personnes qui arrêtent de se masturber pendant le sevrage vivent ce dernier comme l’épreuve du feu ?

Justement parce-qu’elles se mettent elles-mêmes dans phénomène propre aux fonctionnement/attitudes extrêmes que j’ai abordé précédemment. En médecine traditionnelle occidentale, on parlera probablement d’un « effet rebond ».

C’est-à-dire qu’en modifiant brutalement votre fréquence de masturbation, hormis les bénéfices que j’ai mentionnés (gain d’énergie, motivation pour entreprendre, projets etc.), vous installez une précarité à cette guérison, en créant les conditions propices à une sensation de manque qui rend votre guérison très difficile.

banque-d-images-photos-gratuites-libres-de-droits-creative-commons6

 

V – La théorie des 90 jours et du « rebooting« 

Une étude menée par des chercheurs en neurosciences avait expliqué il y a quelques années que pour « reprogrammer », la personne pornodépendante devait cesser d’avoir des orgasmes pendant 90 jours (en tout cas, pas de masturbation).

Ce qui me gêne d’emblée dans cette démarche, c’est le manque de clarté sur l’objectif. Reprogrammer d’accord mais dans quel but ? Guérir ? L’humain n’est pas juste un cerveau isolé, il est aussi un organisme complet qui évolue, change et échange avec son environnement. Envisager la guérison sous un angle purement neurologique me semble inapproprié.

Mon constat : reprogrammer ne résout pas les problèmes de fond, et cantonne la guérison à une approche strictement comportementale et neurologique.

A cela, je recommande davantage une approche globale, où il s’agit d’aller traiter (progressivement) les problématiques « annexes » à la dépendance à la pornographie.

C’est là que l’aide d’un professionnel qualifié de l’accompagnement peut vous aider à vous aider vous-mêmes (Psychologues, personnels des CSAPA… – voir la page Programme de Guérison)

Il est également important d’être transparent et sincère avec vous-mêmes sur le sujet et d’avoir suffisamment intégré, compris pourquoi il est si nécessaire de stopper votre consommation. Sans motifs valables, aucune motivation ne pourra tenir dans le temps (là encore je recommande de lire le Programme de Guérison).

Revenons au sujet de la masturbation.

Cette étude des 90 jours et la théorie du « rebooting » (reprogrammation) a malheureusement été prise au pied de la lettre, débouchant sur une approche de la guérison basée sur une logique d’abstinence et de répression de la masturbation (masturbation sans porno évidemment).

Sauf qu’entre la théorie et la pratique, il y a souvent un monde…

Et cela se vérifie totalement dans le registre de la pornodépendance : la majorité des personnes qui s’abstiennent de masturbation (sans porno toujours) se « crashent » encore et encore, explosant en vol au bout de 1, 2 ou 3 semaines voir 1 mois.

La plupart d’entre elles restent bloquées dans ce schéma d’abstinence totale (NOFAP) et de rechute*, qui, comme je l’ai dit, serait une autre forme de la pornodépendance, appelée parfois : la Consommation par intermittence

 

——————————————————-

——————————————————-

VI – MASTURBATION CONTRÔLEE : MODE D’EMPLOI  

 

L’objectif : 

Pratiquer de façon auto-disciplinée et rigoureuse pour déconditionner progressivement le cerveau du porno en remplaçant l’imaginaire pornographique par des visualisations liées à des situations intimes amoureuses. Il s’agit de retrouver un équilibre avec une fantasmagorie la plus soft possible, et davantage connectée à l’envie de faire l’amour et de partager (très bénéfique pour la vie amoureuse). Il s’agit de reconnecter l’acte sexuel avec la zone du coeur, sans pour autant négligé la dimension plus « sauvage » naturelle du plaisir sexuel.

On peut donc distinguer 2 phases, que la personne alternera selon son ressenti au cours de la masturbation.

Les 3 préalables :

1 – Se fixer une limite de fréquence.

Par exemple : pas plu de 3 fois/semaine par exemple (c’est une moyenne qui peut varier selon la situation, l’âge, et des facteurs comme le fait d’avoir tendance à se masturber pour éviter l’intimité avec la conjointe… Chacun devra apprendre à trouver son équilibre).

2 – Pratiquez seulement dans un lieu associé au fait de faire l’Amour (le lit par exemple, plutôt que les toilettes). JAMAIS D’INTERNET, ni téléphone ni tablettes ni ordinateur à proximité.

3 – Pratiquez de préférence autant que possible au moment du coucher. Cela évite la fatigue que provoque la masturbation en journée et la tendance à l’utiliser éventuellement comme moyen de procrastiner.

4 – La Technique :

 Il s’agit d’une gymnastique qui consiste à ALTERNER les phases 1  et 2.

PHASE 1 : Quand vous commencez à vous masturber, imaginez que vous êtes avec votre petite amie / petit ami et que vous vous embrassez. Essayer d’y mettre des sentiments. Vous êtes réellement amoureux. Visualisez une belle lumière relient vos deux coeurs.

(Essayez de ne pas avoir un geste trop rapide. Concentrez-vous, mais sans forcer. Respirez tranquillement, prenez du plaisir)

PHASE 2 : si l’excitation n’est pas assez forte (perte de plaisir, érection qui diminue…), vous pouvez relancer celle-ci en fantasmant de façon plus « bestiale », moins sentimentale, un peu moins « soft ».

(Evitez en revanche de vous repasser en tête les scènes porno que vous avez vues. Apprenez à faire le tri. apprenez à JONGLER avec vos fantasmes.)

Quand l’excitation et l’érection sont revenues, retournez en PHASE 1.

Répétez le processus si besoin. Détendez-vous.

5Quand vous sentez que vous allez éjaculer, passez en phase 1 et restez-y jusqu’à la fin de l’orgasme. Vous pouvez même vous imaginer en train de dire à votre partenaire « Je t’aime »

 

NOTE POUR LES PERSONNES EN COUPLE :

Je vous encourage à favoriser le plus possible des relations sexuelles avec votre partenaire, plutôt que la masturbation contrôlée (bien qu’elle ne soit pas négative du tout pour autant, et que si masturbation il y a, celle-ci devrait être contrôlée). Si vous avez cette tendance à vous mettre un peu en « transe » lors des rapports sexuels et à repenser au porno d’une façon qui vous inquiète, je vous propose ceci :

il s’agirait alors de pratiquer des rapports sexuels « contrôlés » (en conscience, dans la même logique) :

lorsque que vous avez un rapport sexuel avec votre conjoint(e), essayez de ne pas rester concentré uniquement sur les sensations au niveau du pénis. Alternez avec des phases plus… sentimentales.

Concrètement, vous pouvez essayer de suivre ce petit exercice : lorsque vous faites l’amour avec votre partenaire, forcez-vous à « faire un break », en ralentissant le mouvement. En même temps, pendant quelques secondes, embrassez votre amoureuse. Mettez-y du coeur réellement. Faites ces « breaks » plusieurs fois au cours du même rapport.

Cet exercice simple  possède un effet 2 en 1 : Il vous apprend à faire l’amour de façon moins « frénétique » tout en ramenant l’énergie sexuelle excessivement accumulée dans la zone génitale dans la zone du coeur. Cette technique permet donc de rééquilibrer.

Petit à petit, la pratique de cet exercice rééquilibre les énergies, et vous serez sans doute surpris de découvrir une nouvelle forme de plaisir, une nouvelle façon de vivre vos relations sexuelles.

——————————————————-

——————————————————-

PHILOSOPHIE

Il ne s’agit pas de se flageller, ni de se culpabiliser, mais au contraire d’apprendre à accepter que pour l’instant, votre fantasmagorie n’est peut-être pas comme vous l’aimeriez, et que plutôt que de tout rejeter en bloc en se couvrant de honte et d’abstinence déraisonnable, il est préférable d’accepter que la masturbation (et la sexualité) n’est pas quelque chose de « noir ou blanc ».

Il s’agit de s’exercer à alterner entre un plaisir plus grossier et un aspect plus sentimental afin de vous réapproprier la masturbation. De reprendre confiance en cette activité et en votre sexualité.

 

Autres lectures conseillées : « Pourquoi vous Devriez Eviter le NOFAP / La Flatline, une étape obligatoire ? »).

« Se Réconcilier avec la Masturbation »

18 Réponses à “(Pornodépendants) La Masturbation « Contrôlée »”

  1. Le 25 février 2021 à 20 h 15 min Antoine a répondu avec... #

    Trois mois sans porno grâce à la masturbation contrôlée. Je me sens super bien
    Je suis parti rendre visite à un ami et je suis resté une semaine sans faire la masturbation contrôlée. Du coup j’ai craqué et j’ai regardé du porno mais sans me masturber ça a pris 10 mn
    Est-ce tellement grave ?

    • Le 26 février 2021 à 18 h 58 min laveritesurleporno a répondu avec... #

      Bonjour, 2 aspects importants que je vous recommande de considérer :
      1 – le cerveau est très fragile et en constante modification (la science parle notamment de neuroplasticité). Tout ce à quoi vous exposez votre cerveau (ce qui inclus tous les stimuli quels qu’ils soient, nourriture, sons, images, etc.) l’impacte. De plus, 10 mn de visionnage, même si cela peut sembler faible en un sens, suffit pour réamorcer les schémas, les processus neurochimiques liés à votre addiction. Je vous recommande de voir consulter mon second site pornosciencesante, et notamment ma traduction de la conférence de Gary Wilson  » ici : https://pornosciencesante.wordpress.com/2017/08/26/adolescent-brain-meets-highspeed-internet-porn/

      En d’autres termes, guérir de l’addiction implique un arrêt total et permanent de toute forme de consommation.

      2 – d’après mon expérience, guérir ne passe pas « juste » par se retenir de consommer (ce qu’on nomme l’abstinence), mais par un alignement, une compréhension réelle des enjeux. Il est essentiel de realiser un travail assez global de fond pour aller au-delà de la simple abstinence, qui, si elle ne repose pas sur un travail plus introspectif, ne tient pas dans la durée. Je vous recommande de consulter le Programme de guérison de ce site. Il ne prétend pas détenir toutes les clés, et n’a pas pour ambition de se substituer à une psychothérapie. C’est le fruit de l’expérience de quelqu’un qui a traversé l’addiction et l’a dépassée. Mon programme a je crois un atout majeur : il insiste sur la dimension individuelle de la guérison. Tout ce qui y est dit devrait être accompagné par une attitude d’auto-observation et de réflexion de la part du lecteur. Il est fondamental que vous compariez ce qui y est écrit avec votre propre vie. Votre quotidien. Sans cette dimension personnelle, cette introspection, cette actualisation, guérir reviendrait alors à « arrêter parce-que..il faut arrêter.  »

      En d’autres termes, la guérison n’est pas tant une lutte qu’un cheminement permettant d’apprendre à se connaître mieux en saisissant vraiment POURQUOI il faut arrêter la pornographie. Vouloir arrêter n est pas suffisant. Il faut que la démarche soit construite sur une base solide.

      Bon courage,
      Sincèrement,

      PS : vous avez constaté ce qui se passe lorsque vous stoppez la masturbation complètement. Vous venez de le témoigner. C’est parce-que réprimer trop longtemps votre désir sexuel augmente le risque de chute. Voilà pourquoi je vous recommande de ne plus rester ainsi plusieurs jours sans masturbation. Rappelez vous : c’est le porno qu’il faut stopper, pas la masturbation.

  2. Le 27 octobre 2020 à 11 h 05 min Blaise a répondu avec... #

    Bonjour
    La masturbation contrôlée est quelque chose d’indispensable dans le processus de guérison on est tous d’accord mais à un moment donné il faudra aussi arrêter cela . Comment va se passer la transition ?Autrement dit ne risque t-ont pas d’être accro à la masturbation sans porno bien sûr ?

    • Le 9 décembre 2020 à 17 h 22 min laveritesurleporno a répondu avec... #

      Bonjour,

      Vos questions prennent racine sur une affirmation qui elle-même est à nuancer. Vous dites qu’il faudra se passer de masturbation contrôlée. En réalité, la masturbation contrôlée n’est rien d’autre qu’une simple méditation. Nous parlons ici de méditation car nous exerçons un contrôle, une maîtrise sur ce qui se produit dans notre esprit.

      Or, même dans 20 ans, vous aurez toujours des pensées, des images (peu importe lesquelles) qui circuleront lors de l’acte sexuel (masturbation ou pas), au même titre que vous ne pouvez pas arrêter de penser.

      La masturbation contrôlée n’est donc pas un objet d’addiction, elle est un processus naturel de contrôle de notre « mental ». Il n’y a aucune raison de vouloir s’en séparer, en tout cas dans sa structure, car ce contrôle se révèle finalement nécessaire au quotidien.

      Addiction au porno ou pas, se masturber de façon « normale » (non contrôlée) revient à laisser son mental en mode pilote automatique. En ressort un plaisir qui peut être intense, mais souvent frénétique. Ce genre de plaisir est malheureusement lui-même addictif (bien que cela n’ait rien à voir avec une addiction au sens médical du terme).

      En revanche, comprenez qu’il n’y a pas de dépendance à quelque chose de sain. Une dépendance problématique, pathologique est une addiction. Une addiction = quand on n’arrive pas à stopper un comportement, une habitude qui nous fait du mal. Or, la masturbation contrôlée, vous pouvez tout à fait arrêter si vous le souhaitez. D’ailleurs, si ce n’était pas le cas, cela ne s’appellerait pas la masturbation « contrôlée ».

      En d’autres termes, vous resterez « dépendant » de la masturbation contrôlée, au même titre que vous dépendez de l’air pour respirer ou de la nourriture pour survivre.

      Enfin, si la masturbation contrôlée – la méditation donc – ne vous semble pas naturelle, spontanée pour le moment, c’est probablement parce-que vous ne l’avez pas encore assez pratiquée. Avec le temps, ces méditations deviennent un état naturel, et on perd de l’intérêt à vouloir se masturber « normalement » car on réalise que le plaisir obtenu par la masturbation classique n’est finalement pas autant satisfaisant que celui provoqué par la masturbation en conscience.

      Sincèrement

      • Le 7 janvier 2021 à 17 h 38 min Blaise a répondu avec... #

        Merci pour votre réponse et je suis entièrement en phase avec vous et je vous explique la raison :

        En effet ça fait bientôt 3 mois que je n’ai pas visionné du porno grâce à la masturbation contrôlée bien sur. Je me suis rendu compte que grâce à cette méthode mes pensées pornographiques disparaissaient petit à petit C’est lorsque j’ai arrêté cette méthode dans le but de gagner de l’énergie que mes pulsions sont devenues beaucoup trop fortes et incontrôlables. Je suis alors tombé de haut comme vous le disiez, j’ai craqué et je suis allé voir une escorte, avec énormément de regret et de honte une fois le service terminée mais toujours pas de porno car le porno fait partie du passé maintenant depuis que j’ai su qu’une étude faite par des Allemands a montré visionner du porno diminue la matière grise et moi qui suis aujourd’hui en énergétique, une étude qui demande une grande capacité de réflexion et d’analyse ,je me permettrai pas. Voila ma motivation et je suis certain que je ne visualiserai jamais de porno dans le restant de ma vie . Et d’ailleurs , je sais pas si c’est lié ou pas mais du que j’ai arrêter le porno , je suis concentrée en cours et mes résultats sont meilleures par rapport à l’année dernière 20/20 en math par exemple .En Somme, vouloir arrêter la masturbation contrôlée pour gagner de l’énergie m’a couté énormément cher puisque ca m’a fait retourné dans la matrice porno car je considère que aller voir une escorte girl n’est pas une mauvaise chose surtout pour la lutte contre l’addiction car non seulement on perd notre argent mais on ressent les mêmes effets négatifs qu’une fois se masturber devant du porno c’est-à-dire la honte de soi même ,la culpabilisation et le dégoût .J’aimerais avoir votre avis là dessus .

        Aujourd’hui je suis sur d’une chose , seule la masturbation contrôlée peut me libérer de cette matrice

        Sincèrement

  3. Le 14 septembre 2020 à 14 h 31 min Hugo a répondu avec... #

    Bonjour,
    C’est cette technique que j’ai utilisé sans l’avoir lu et brièvement expliqué dans un autre messages
    Le plus difficile pour moi cela a été d’avoir des érections sans regarder du porno
    Les massages Tantra mon beaucoup aidés . Mais aussi calmer mes anxiétés en général avec de la phytothérapie prescrit par un sexologue. Mais aujourd’hui quel plaisir d’avoir une bonne libido et de l’excitation lorsque je regarde quelqu’un qui me plait sans qu’il soit nu ou en scène pornographique. L’enseignement que je tire c’est que les relations sexuelle et / ou la masturbation, sans porno, sont essentiel pour notre équilibre et notre épanouissement . Ce privés de cela , le Nofat par exemple , est une erreur pour moi cela m’aurait conduit direct en dépression
    Très sincèrement

    • Le 6 octobre 2020 à 19 h 17 min Indie - Hetfield a répondu avec... #

      Bonjour,
      Toutes mes félicitations pour ce que vous avez compris et mûri dans votre travail de guérison. En effet, le Nofap n’est pas une solution. Content que vous l’ayez si bien intégré :-)
      Sincèrement,

      Indie – Hetfield

  4. Le 14 juillet 2020 à 20 h 21 min Dark plaguies a répondu avec... #

    Bonjour, c’est encore Dark plaguies. Je vous écris ce message
    pour vous remercier de votre travail. J’ai arrêté définitivement la
    pornographie grâce à votre technique de masturbation contrôlée ainsi
    qu’à des séances d’hypnose. Je suis libre maintenant.
    Votre technique a fonctionné sur moi, et vos différents conseils
    donnés tout au long du programme de guérison ont porté leurs fruits.
    Merci encore de m’avoir aidé à m’en sortir.
    Je vous souhaite un excellent 14 Juillet et une très bonne continuation.

    Très sincèrement

    • Le 6 octobre 2020 à 19 h 14 min Indie - Hetfield a répondu avec... #

      Bonjour, je suis heureux que le travail proposé sur mon site vous ait permis de guérir ! Profitez de cette nouvelle liberté et de votre nouvelle vie :-)

      Sincèrement,

  5. Le 2 juin 2020 à 23 h 45 min Dark plaguies a répondu avec... #

    Bonsoir.

    Je suis d accord avec vous en effet.
    Je pense que l essentiel est de trouver
    le juste milieu a chaque fois

  6. Le 24 novembre 2019 à 10 h 43 min vinile29 a répondu avec... #

    Merci je commence et ce site m aide réellement , meme si me masturber est difficile , tellement l addiction est profonde + de 20 ans elle m a ammener a avoir des images de plus en plus hards , pour maintenir une érection . Puis quant on fait le tour de ce qu on peut accepter . Plus rien ne provoque d érection , comme si elle était morte c est impressionnant dévastateur c est la que j ai tout arreté . Maintenent me masturber sans porno est devenu presque impossible jusqu a hier ou sans porno par des simples caresse j ai eux presque une érection soulagement! se site m a aidé a avoir confiance .

    • Le 25 novembre 2019 à 20 h 31 min laveritesurleporno a répondu avec... #

      Content de voir que mon site vous aide. En tant qu’ancien dépendant, je peux affirmer 1 – Il n’y a en effet AUCUN besoin de pornographie pour avoir des orgasmes, et 2 – une vie épanouissante veut dire SANS pornographie. N’oubliez pas de lire la page Trouver de l’Aide (« Je suis dépendant ») pour avoir les fondamentaux de la guérison. Bon courage.

  7. Le 16 novembre 2019 à 9 h 58 min FAB a répondu avec... #

    Bravo à ce site.
    Toujours sympa de voir qu’on n’est pas les seuls à avoir ces problèmes.
    On s’est déjà fait beaucoup de mal avec le Porno, on pense q »il faut une solution drastique pour sans sortir (NOFAP que l’on trouve en premier quand on se renseigne sur internet). On se dit qu’il faut souffrir pour s’en sortir.
    Merci encore

    • Le 25 novembre 2019 à 20 h 25 min laveritesurleporno a répondu avec... #

      Un effort et une vraie détermination oui, mais pas besoin de se faire souffrir en effet. Bon courage.

  8. Le 9 novembre 2019 à 2 h 01 min Diniz G a répondu avec... #

    Cet article résume tout à la perfection .. il faut juste trouver un juste milieu, si on se base sur une abstinence de 90 jours à chaque fois qu’on ejacule on devient tous fou ou quoi ? Le tout et de SAVOIR se masturber.

  9. Le 28 décembre 2018 à 18 h 46 min Seth a répondu avec... #

    Merci pour ton site et tous les conseils ! Bonne année a toi ;)

  10. Le 20 juin 2018 à 17 h 26 min daniel a répondu avec... #

    connaissez vous une/un addictologue-sexologue sur paris ?

Ajouter votre réponse

Nsjtpe |
Fivmikiwi |
Lrlovecoco |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Astuces de Maryse
| Weightwatchersthebest
| Assovivrelibre