(DÉPENDANCE) La Masturbation « Contrôlée »

5 décembre 2 Commentaires Catégorie: Non classé

Mis à jour le 23/06/2018

QUI DEVRAIT LIRE CE POST ?

Avant d’aller plus loin, je voudrais dire que mon post de ce soir s’adresse aux personnes qui sont bloquées dans « ça tient 1, 2 ou 3 semaines, puis j’en peux plus et je rechute », ainsi qu’à toute personne qui pense que cesser de se masturber (sans porno bien entendu) pour traverser le sevrage est une bonne idée.

(je recommande la lecture de l’article : « Pourquoi vous Devriez Eviter le NOFAP / La Flatline, une étape obligatoire ? »).

LA MASTURBATION, UN FACTEUR DE RECHUTE ? PLUS MAINTENANT !

La principale raison qui pousse les pornodépendants à pratiquer le NOFAP, c’est parce-qu’ils croient que la masturbation (sans porno évidemment) les amène à rechuter. En réalité, ce n’est pas la masturbation en elle-même, mais la façon de faire qui fait toute la différence.

En effet une masturbation pratiquée sans contrôle sur les pensées (en se repassant dans la tête les films porno et/ou en ne faisant appel qu’à des fantasmes pornographiques) entretient une sensation de manque, caractéristique de l’addiction.

C’est cette même sensation qui rend difficile la prise de distance avec la pornographie. Aussi longtemps que l’on ne pratique pas la masturbation « en conscience » (en contrôlant ses pensées/fantasmes), alors celle-ci reste problématique. 

C’est à la suite de ce constat fait il y a des années par des hommes en sevrage que la réponse formulée a été : « alors il ne faut pas se masturber / le moins possible » (hypothèse malheureusement encouragée par la théorie des 90 jours, dont je reparlerais plus bas).

Hors, cette réponse n’est pas du tout appropriée, et en voulant s’abstenir de masturbation (sans porno toujours), la personne créé un état de tension et de manque contre-productif, qui sabote le sevrage. J’y reviendrai plus loin.

Une solution beaucoup plus productive (à tous les niveaux) a été trouvée : la masturbation en conscience (contrôlée).

Cette technique permet de reprendre le contrôle sur le mental, en le forçant à ne plus ressasser les pensées pornographiques compulsives (en tout cas de moins en moins) qui entretiennent la sensation de manque et l’envie de voir du porno.

La MASTURBATION CONTRÔLEE, COMMENT CA MARCHE ?

C’est simple. Nous utilisons ici l’incroyable pouvoir de la visualisation.

Il suffit de se masturber en se forçant à s’imaginer en train d’embrasser tendrement sa compagne/son compagnon. Peu importe que vous soyez célibataire ou non et que cette personne soit fictive ou non. Nous aborderons en détails plus bas la technique.

CONSEILS :

- Ce ne sera pas forcément facile les premières fois de maintenir ainsi ce contrôle sur vos pensées. Mais il n’y a qu’une règle pour que cela apporte du résultat : ne surtout pas abandonner. Petit à petit, vous constaterez que les pensées pornographiques compulsives s’éloigneront au fil des semaines, et votre pratique de la masturbation va évoluer vers quelque chose de plus naturel et paisible.

- Par moments, vous constaterez que vous avez relâcher sans vous en rendre compte, et que vous êtes repartis dans les pensées pornographiques. Pas de panique, c’est de la gymnastique. Si vous étiez déjà capable de maintenir un contrôle permanent sur vos pensées, alors vous n’auriez pas besoin de la masturbation contrôlée (cqfd). Ne vous culpabilisez pas, et revenez simplement à l’exercice. Il s’agit de méditation en fait.

- « ça ne marche pas car j’ai quand même des pensées pornographiques »

Bien entendu. Il s’agit d’un travail progressif, qui va vous demander patience et persévérance. Les pensées compulsives ne partiront pas du jour au lendemain. Continuez quoiqu’il arrive !

« Ce n’est pas normal de me masturber plusieurs fois par semaine, je dois me forcer à le faire le moins possible ».

C’est surtout parce-que vous avez un passé de dépendance à la pornographie que vous ne devriez surtout pas procéder ainsi.

Pendant toute la durée de votre addiction, vous avez habitué votre organisme à avoir beaucoup d’orgasmes, et vous avez beaucoup stimulé votre excitation sexuelle (cela étant proportionnel à la durée de votre dépendance).

Vous voulez changer cela du tout au tout ? D’un seul coup ?

Avant même de parler (plus bas) des effets très néfastes que cela aurait sur votre guérison, je vous demande ceci :

d’où vous vient cette croyance ? Sur quoi vous basez-vous pour affirmer cela ?

Nos croyances sont souvent le fruit d’un manque de recul sur notre environnement social.

Et devinez quelles personnes sont le plus concernés par ce poncif que la masturbation ce n’est pas normal ? Les personnes pornodépendantes. Je vous invite à envisager la possibilité que vous fassiez en fait inconsciemment un « transfert » de votre culpabilité (en lien avec votre addiction) sur la masturbation. Je ne sort pas cela de nulle part, j’ai passé des années en présence de personnes pornodépendantes, et ce phénomène est très caractéristique.

Si vous avez honte de la masturbation, sachez que cela participe à un problème d’estime de soi. La masturbation n’est pas un souci en soi, et il n’y a pas en avoir honte. 

En vous réconciliant avec la masturbation, vous vous réconciliez avec votre sexualité et avec vous-mêmes.

En acceptant que la masturbation soit dans votre vie et que vous en ayez besoin (naturellement par ailleurs, tant que cela se fait bien entendu sans pornographique), vous vous autorisez à vivre des instants d’intimité avec votre corps.

Tout ceci est excellent pour l’estime de soi.

Vouloir fixer un rythme et vous y tenir est une chose… Et vous avez raison, c’est important.

Mais en vous empêchant de vous masturber/en limitant trop, vous risquez de tomber de haut.

C’est très simple, pourquoi les personnes qui arrêtent de se masturber pendant le sevrage vivent ce dernier comme l’épreuve du feu ?

Justement parce-qu’elles se mettent elles-mêmes dans un piège : « l’effet rebond ». Vous ne pouvez pas modifier brutalement votre fréquence de masturbation et d’éjaculation. En faisant cela, vous obtenez l’inverse de ce que vous rechercher : une sensation de manque qui rend votre guérison très difficile (fébrilité, fortes envies de masturbation, sensation de manque et de frustration, état d’excitation permanent qui rend votre quotidien difficile…).

Si vous êtes en couple,

je vous recommande de favoriser si possible des relations sexuelles réelles (ce qui ne signifie pas non plus, là encore, vous interdire la masturbation).

Toutefois, gardez à l’esprit que la masturbation reste, quoiqu’en disent certaines personnes qui la stigmatisent, votre soupape de sécurité.

[Pour les personnes en couple, un exercice similaire à la masturbation contrôlée est proposé pour faire l’amour en conscience, disponible sur la page http://laveritesurleporno.unblog.fr/trouver-de-laide/ , dans le chapitre « ADOPTER UNE APPROCHE QUI FAIT LA PART DES CHOSES : Actes, Pensées, Culpabilité, NoFap, masturbation… »]

Si vous êtes célibataire,

ne pas vous masturber est dangereux. Tout simplement.

Dangereux car vous créez vous-mêmes un état de tension sexuelle, de frustration, de fébrilité et de manque qui sabote votre guérison.

Guérison qui passe d’ailleurs beaucoup par une prise de distance avec les poncifs tels que « se masturber c’est pour les nuls », « les vrais hommes se retiennent et vont draguer » et autres croyances malheureuses que j’ai entendues/lues plusieurs fois.

La théorie des 90 jours et du « rebooting » (reprogrammation)

Une étude menée par des chercheurs en neurosciences avait expliqué il y a quelques années que pour « reprogrammer », la personne pornodépendante devait cesser d’avoir des orgasmes pendant 90 jours (en tout cas, pas de masturbation). Bon déjà ce qui me gêne dans cette démarche, c’est qu’aucun distingo n’est fait entre « reprogrammer  » et guérir. Hors, ça n’a rien à voir. L’humain n’est pas juste un cerveau isolé, il est aussi un organisme complet qui évolue, change et échange avec son environnement.

Reprogrammer ne résout pas du tout les problèmes de fond, et cantonne la guérison à une approche strictement comportementale et neurologique.

A cela, je préfère nettement l’approche globale – travail sur l’estime de soi, croyances et perceptions de soi, des autres, de la sexualité, troubles anxieux, aspect relationnel, culpabilité, honte et gestion des sentiments et émotionnelle…).

Malheureusement, en raison d’un manque de recul sur cette étude (relayée entre autre par yourbrainonporn) qu’un grand nombre de gens voulant s’en sortir a commencé à suivre ce protocole, basé sur l’abstinence.

Sauf qu’entre la théorie et la pratique, il y a souvent un monde…

Et cela se vérifie totalement dans le registre de la pornodépendance : la majorité des personnes qui s’abstiennent (ce qui implique aussi se retenir trop) de masturbation (sans pornographie toujours bien entendu) se « crashent » encore et encore, explosant en vol au bout de 1, 2 ou 3 semaines voir 1 mois.

La plupart d’entre elles restent bloquées dans ce schéma d’abstinence totale (NOFAP) et de rechute*. 

*IL FAUT SAVOIR QUE CECI EST UNE AUTRE FORME D’ADDICTION : La Consommation par Intermittence

 

VOICI LA TECHNIQUE :

 

L’objectif : 

Pratiquer de façon auto-disciplinée et rigoureuse pour déconditionner progressivement le cerveau du porno en remplaçant l’imaginaire pornographique par des visualisations liées à des situations intimes amoureuses. Il s’agit de retrouver un équilibre avec une fantasmagorie la plus soft possible, et davantage connectée à l’envie de faire l’amour et de partager (très bénéfique pour la vie amoureuse).

1 – Vous vous fixez une limite de fréquence.

Par exemple : pas plu de 3 fois/semaine par exemple (c’est une moyenne qui peut varier selon la situation, l’âge, et des facteurs comme le fait d’avoir tendance à se masturber pour éviter l’intimité avec la conjointe).

2 – Pratiquez seulement dans un lieu associé au fait de faire l’Amour (le lit par exemple, plutôt que les toilettes). JAMAIS D’INTERNET, ni téléphone ni tablettes ni ordinateur à proximité.

3 – Pratiquez de préférence autant que possible au moment du coucher. Cela évite la fatigue que provoque la masturbation en journée et la tendance à l’utiliser éventuellement comme moyen de procrastiner.

4 – Quand vous commencez à vous masturber, imaginez que vous êtes avec votre petite amie / petit ami et que vous vous embrassez. Essayer d’y mettre des sentiments. Vous êtes réellement amoureux.

Une belle lumière relient vos deux coeurs. Essayez de ne pas avoir un geste trop rapide. Concentrez-vous, mais sans forcer. Respirez tranquillement. 

Si l’excitation n’est pas assez forte et que l’érection peine, il ne s’agit pas d’être que dans la contrainte. Autorisez-vous alors à relancer l’excitation en laissant entrer dans votre mental un fantasme un peu moins « soft ». Evitez en revanche de vous repasser en tête les scènes porno que vous avez vu. Apprenez à faire le tri. apprenez à JONGLER avec vos fantasmes. Vous laissez donc entrer dans votre tête un fantasme un peu moins soft.

Dès que l’excitation et l’érection sont relancées, revenez aussitôt à la visualisation de départ.

Répétez le processus si besoin.

5 – Quand vous passez le « point de non retour », restez concentré sur la visualisation de départ. Vous pouvez même vous imaginer en train de dire à votre partenaire « Je t’aime ». 

PHILOSOPHIE

Il ne s’agit pas de se flageller, ni de se culpabiliser, mais au contraire d’apprendre à accepter que pour l’instant, votre fantasmagorie n’est peut-être pas comme vous l’aimeriez, et que plutôt que de tout rejeter en bloc en se couvrant de honte et d’abstinence déraisonnable, il est préférable d’apprendre à jongler avec les fantasmes.

Il s’agit également d’être très ferme et sans aucune négociation possible avec le fait de retourner voir de la pornographie ou de l’ « érotisme ».

Une fois qu’on a réellement compris pourquoi se masturber vaut TOUJOURS mieux que de retourner voir du porno, et que cette activité permet de vivre le sevrage de façon beaucoup plus paisible, alors on s’autorise plus facilement ce plaisir, qu’on se refuse souvent par culpabilité déplacée…   

  1. connaissez vous une/un addictologue-sexologue sur paris ?

    daniel 20 juin 2018 à 17 h 26 min Permalink

Ecrivez un Commentaire

Commenter Gravatar

Nsjtpe |
Fivmikiwi |
Lrlovecoco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Astuces de Maryse
| Weightwatchersthebest
| Assovivrelibre