Le Sevrage de Porno et la mystérieuse « Flatline »

Porn Recovery and The Mysterious Flatline

 

(traduction proposée par laveritesurleporno. Article original en anglais disponible ici : « Porn Recovery and Mysterious Flatline »)

NOTE DE LA VERITESURLEPORNO : Cet article développe au maximum un phénomène très problématique qui est pourtant… parfaitement évitable ! Comment ? En traversant le sevrage SANS arrêter de se masturber. En évitant l’approche « nofap », vous évitez la Flatline, qui n’est EN AUCUN CAS un signe de guérison.

LIRE : http://laveritesurleporno.unblog.fr/trouver-de-laide/

LIRE : http://laveritesurleporno.unblog.fr/2018/03/31/pourquoi-vous-devriez-eviter-le-nofapla-flatline-une-etape-obligatoire/

directory-466935_1920

 

La période de sevrage, mystérieuse et épuisante, se poursuit mais on ne parle pas assez des « Flatlines* » … La Flatine, c’est comme être au fond du puits en pensant qu’on a aucun espoir de pouvoir en sortir un jour … Puis, un beau matin on se réveille et soudain, nous voilà enfin sorti du puits. Alors essayez et profitez de la paix et de la tranquillité des flatlines, c’est mon conseil.

 —————————————————————————————————-

[*note de laveritesurleporno : la flatline est un symptôme typique lors du sevrage de pornographie. De très nombreux dépendants en sevrage rencontrent en effet une perte de libido surprenante, et qui peut durer plusieurs mois, entraînant des grosses difficultés au sein du couple et dans la vie sexuelle en général, accompagnée d’une incapacité souvent totale à avoir une érection.

LA VERITE SUR LE PORNO DECONSEILLE VIVEMENT L’ABSTINENCE DE MASTURBATION, ENTRE AUTRE AFIN D’EVITER LA FLATLINE, INUTILE ET SOUVENT CONTRE-PRODUCTIVE* POUR LE SEVRAGE

*elle créé de l’anxiété, une envie de « vérifier » ses érections (ce qui peut créer/amplifier une « anxiété de performances », chose dont la personne pornodépendante souffre déjà suffisamment en général. De plus, elle risque de poser un obstacle à la vie de couple.]

A LIRE : http://laveritesurleporno.unblog.fr/2018/03/31/pourquoi-vous-devriez-eviter-le-nofapla-flatline-une-etape-obligatoire/

—————————————————————————

Notre article « Les Jeunes Consommateurs de porno ont besoin de plus de temps pour retrouver leur vigueur » (« Young porn Users Need longer to Recover their mojo »)  décrit un phénomène étonnant: les garçons âgés de plus de vingt ans avec une dysfonction érectile induite par le porno ont généralement besoin de plus de temps (plusieurs mois) pour retrouver leur santé sexuelle que les hommes de quarante ans et plus. Pire encore, les jeunes hommes ont tendance à faire face à une « flatline » plus longue (zéro libido, « dead-dick »), que les hommes plus âgés n’expérimentent que dans une moindre mesure au cours de leur sevrage.

 

A quoi la Flatline ressemble-t-elle ?

 

Nick: « Après quelques jours de crises de colère*, je suis tombé dans une flatline pendant des semaines. Fondamentalement, je me sentais totalement indifférent à propos des filles, du sexe, de tout. La petite voix de la bête du porno me torturait dans le fond de mon esprit, mais la plupart du temps, je réussisais à l’ignorer. Et mon pénis était tout petit et semblait mort. C’était comme si quelqu’un avait simplement appuyé sur le bouton d’une machine capable de m’enlever tout désir sexuel. Pas de libido du tout. »

 

Aaron: (22 ans) « J’ai remarqué le syndrome du «pénis mort» lorsque j’essaie de stopper le porno / la masturbation. Après environ 4 à 5 jours, ma libido était totalement abattue et mon pénis ne réagissait plus à rien. C’est vraiment terrifiant. »

 

Inutile de dire que beaucoup d’hommes à ce stade « craquent » et arrête leur sevrage, et se précipitent vers leur dépendance, craignant de perdre définitivement leur libido et leur capacité d’érection s’ils ne s’en servent pas.

[RAISON DE PLUS POUR NE PAS ARRÊTER LA MASTURBATION (sans porno bien entendu) POUR EVITER LA FLATLINE]

Il y a quelques années, cependant, un australien de 26 ans a persévéré, et a découvert que, quelque part autour de la 7ème semaine, ses érections et sa libido sont revenus. Depuis, beaucoup d’hommes ont rapporté leur expérience et leurs succès vers la guérison finale. Nous allons partager des conseils pratiques pour faire face à Flatline, mais d’abord …

 

Voici une vidéo de Noah Church – « Est-ce que mon pénis sera ratatiné et engourdi pour toujours? »

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Qu’est-ce qui cause la « Flatline » ?

 

Personne ne le sait encore. Il est probable que la flatline soit causée par une véritable constellation de facteurs. Certes, la Flatine est vécue de façon diffférente par chaque individu, et ceci tant en terme d’intensité qu’en terme de durée dans le temps. Mais peu importe son origine, il est aujourd’hui certain que l’utilisation du porno sur Internet modifie les circuits cérébraux de manière fondamentale des personnes se plaignant de souffrir de Flatline. L’abstinence chez les jeunes hommes en bonne santé n’est généralement pas provoquée par une forte baisse de la libido (la DE d’origine purement physique chez un jeune homme est très rare…).

1. La Flatline est-elle simplement une variante des symptômes liés au sevrage ?

Nous pensions avant que la flatline n’était qu’une manifestation différente du « blues » que les toxicomanes ressentent lorsqu’ils arrêtent de consommer leur drogue. Les personnes ayant réussi à guérir de leur dépendance à la pornographie témoignent avoir présenté des symptômes de sevrage étonnamment sévères, not unlike drug addicts. Lorsqu’un adepte quitte une dépendance, des changements neurochimiques et cellulaires prévisibles se produisent dans des régions spécifiques du cerveau. Cette cascade d’altérations neurochimiques peut inclure:

 

- une baisse supplémentaire des niveaux de dopamine,

- une diminution supplémentaire des opioïdes et des endorphines,

- une chute du niveau de GABA (acide o-aminobutyrique), qui est un neuro-transmetteur anti-anxiété,

- une augmentation des hormones de stress cérébral CRF (aussi appelée « corticoréline ») et de la norepinephrine (aussi appelée « noradrénaline »),

- un niveau de Dynorphine élevé, qui inhibe la dopamine et réduit la réponse au plaisir.

 

Ce combo peut vraiment tuer la libido temporairement.

 

Avec moins de dopamine, un circuit de récompense désensibilisé peut ne pas fournir une stimulation suffisante aux centres cérébraux responsables de provoquer les érections. Moins de stimulation, implique dans ce cas moins d’impulsions nerveuses déclenchant les érections. Tous les hommes en sevrage de pornographie ne subissent pas une perte complète de la libido. Cependant, le pourcentage de ceux qui rapportent vivre ces Flatlines augmente conjointement avec le nombre d’hommes qui déclarent souffrir de Dysfonction Erectile et qui ont commencé à regarder du porno sur Internet avec une connexion haut débit.

 

2. La flatline est-elle la conséquence des modifications cérébrales dans les centres sexuels du cerveau  causées par la consommation de porno sur Internet?
Tout d’abord, une petit vue d’ensemble :  toutes les dépendances entraîne des modifications globales similaires dans le cerveau du consommateur, au niveau des circuits concernés. Des surproductions/surtensions de dopamine chroniques dans le centre de récompense (nucleus accumbens) conduisent à une accumulation de DeltafosB, et génèrent ainsi les changements cérébraux liés à l’addiction, tels que la diminution de la sensibilité à la dopamine (désensibilisation).

Cependant, chaque récompense naturelle (nourriture, eau, amour ou sexe) possède également ses propres micro-circuits qui lui sont dédiés dans le cerveau. Par exemple, la consommation excessive de nourriture menant à d’obésité entraîne des altérations supplémentaires au niveau du mécanisme de régulation du cerveau sur l’alimentation, la satiété et le métabolisme. L’élément central de ces modifications est l’hypothalamus, qui contrôle une multitude de fonctions importantes du corps, incluant notamment la faim et le désir sexuel.

 

hypothalamus1318026807983

 

 

Il se peut que la dépendance au porno modifie également à long terme les structures profondes du cerveau qui régissent le comportement sexuel masculin (hypothalamus – voir l’illustration ci-dessus) ainsi que les circuits cérébraux consacrés aux érections. Nous savons que les érections nécessitent un niveau de Dopamine adéquate dans le Circuit de Récompense et les Centres Sexuels Masculins. Récemment, les scanners cérébraux menés par des chercheurs italiens sur des hommes souffrant de «Dysfonctions Erectiles Psychogènes» (par opposition à «Dysfonctions Erectiles Organiques», issus de problèmes purement physique et localisés au niveau des parties génitales) ont révélé une atrophie de la matière grise dans le centre de récompense des cerveaux (« nuclear accumbens ») et au niveau des centres sexuels de l’hypothalamus.

 

La matière grise est l’endroit où les cellules nerveuses communiquent, et moins de matière grise indique moins de cellules nerveuses productrices de dopamine et moins de cellules nerveuses réceptrices de la dopamine. En d’autres termes, l’étude montre que la DE psychogène n’est pas psychologique, mais plutôt physique. Elle provient d’une diminution  à de la dopamine et d’un affaiblissement de la transmission des signaux (les récepteurs sont affaiblis). Ces résultats s’harmonisent parfaitement avec l’hypothèse que j’ai présentée il y a quelques années cette vidéo précurseuse :  « Porn ED and slideshow ».

 

Des années de surconsommation de porno sur Internet peuvent affaiblir les signaux de la dopamine dans l’hypothalamus qui peuvent d’une façon unique que l’on ne constate pas dans les autres addictions. De tels changements pourraient aider à expliquer l’apparition de la DE (Dysfonctions Erectiles) (et des Flatlines persistantes) chez les jeunes hommes en bonne santé.
Certes, beaucoup d’utilisateurs porno d’aujourd’hui signalent une perte d’attrait pour des partenaires réels, des goûts sexuels changeants, une perte de libido et un dysfonctionnement sexuel global lors de leurs rapports sexuels avec leur partenaire (éjaculation retardée, dysfonction érectile et même éjaculation précoce avec un pénis un peu flasque). Certains ont vu des changements plus extrêmes:

 

Karl: « Quand je regardais du porno, j’avais une érection assez forte … Bien que pendant des années, elle devenait de plus en plus faible sans que je ne m’en rende compte. Avec le porno. »

Jake: « Le porno n’exige pas nécessairement que l’on bande pour continuer à être excité. Je me demande si le fait que je traverse une Flatline signifie que j’ai affaibli les liens entre les canaux cérébraux lié au plaisir et les canaux cérébraux liés à l’érection. Peut-être que lorsque je regardais du porno, mon cerveau savait que les érections n’étaient pas nécessaires pour le éprouver du plaisir. »

 

no-porn-warning-sign

 

3. La flatline est-il dû au conditionnement sexuel (c’est-à-dire au fait que le cerveau se soit reprogrammé lui-même) ?

 

Les gars qui ont commencé à se masturber en regardant du porno sur Internet sont ceux qui ont le plus besoin de temps pour guérir de la Flatline, ce qui prouve qu’ils vivent quelque chose de très différent de ceux qui n’ont pas commencéà pratiquer la masturbation avec comme support la pornographie. Dans certains cas, ceux qui ont commencé à se masturber sur Internet, ont du faire face à plusieurs Flatlines lors de leur première année de sevrage. Ce n’est pas le cas avec les gars qui ont commencé à se masturber avec leur imagination (fantasmes sur de vrais partenaires) ou avec de simples magazines.

 

Les gars qui commencent jeunes à se masturber sur le porno d’Internet ont généralement plus de difficultés à ressentir de l’excitation face à de véritables partenaires. C’est peut-être parce qu’ils ont passé leur adolescence à câbler leur cerveau exclusivement sur les vidéos, la nouveauté sans fin et sur le fait de regarder, voir, seul dans leur coin, et non sur le fait de pratiquer. L’adolescence est une étape fondamentale du développement sexuel, car durant cette période, nos cerveaux de mammifères sont programmés pour adapter leur comportement sexuel en fonction des signaux qui les « éveilleront », les « enflammerons » dans leur environnement (réel ou virtuel malheureusement…). Par la suite, les cerveaux commencent à élaguer, à se dépouiller des autres circuits inutilisés, peut-être même se séparent-ils des circuits encourageant normalement l’individu à rechercher des partenaires réels, qui se seraient naturellement développés si la pornographie ne s’était pas autant imposé dans le cerveaux de ces adolescents, et qui se sont toujours naturellement développés chez nos ancêtres (Plus d’infos sur le Conditionnement Sexuel.)

 

4. La Flatline est-elle une stratégie naturelle du corps pour se reposer, récupérer de toutes ces éjaculations trop fréquentes ?
Les gens victimes des Flatlines les plus tenaces décrivent souvent qu’elles sont liées à un sentiment d’ennui lors des séances de masturbation, et/ou  provoquées par la peur d’avoir une Flatline (on appelle ça aussi : « anxiété de performance », lorsque cette angoisse de ne pas réussir à avoir une bonne érection ou à la maintenir se produit durant un rapport sexuel), plutôt que d’un excès de masturbation/éjaculation :

 

Ian: « J’ai traversé une longue phase de libido basse, en regardant du porno, parce que je n’avais rien de mieux à faire. Je n’ai littéralement ressenti aucune excitation, aucun « shoot », et le résultat final a été « ça passe ou ça casse ».
James: (Age19):  « J’ai commencé à me masturber une fois par jour en moyenne vers 11/12 ans. Aujourd’hui, je n’ai plus ces « urgences », ces envies dévorantes de me masturber. A l’époque, je venais d’apprendre que j’étais capable de me donner du plaisir tout seul par la masturbation. Bien sûr, j’ai utilisé pour cela le porno illimité disponible sur Internet. Je suis conscient que de nombreuses personnes et qui font souvent l’amour ne développent pas de DE, mais le problème c’est qu’il y a peu de gens de mon âge qui regardent énormément de porno tous les jours et qui ont une vie sexuelle normale. En tout cas j’en connais peu. »
Tyler: « J’étais à l’université, j’avais une longue période de temps libre et j’étais loin de ma petite amie, alors j’ai regardé beaucoup de porno. Tout à coup, un jour, je ne pouvais plus  maintenir mes érections, et je n’avais aucune libido, alors j’ai cessé de regarder le porno. Mais alors, je me suis senti dans un état pire encore et mon pénis « s’effondrait », alors j’ai pensé que le fait de stopper le porno aggravait les choses et j’ai donc continué d’en regarder. Et puis, après que je me suis rendu compte que mon raisonnement ne tenait pas debout, j’ai stopper à nouveau, et après environ 8 à 10 jours, je commençais à avoir de nouveaux des pics élevés de libido, et j’ai regardé à nouveau du porno. Pendant 6 ans, je suis lentement sorti de la Flatline, puis j’ai lentement guéri. »

 

La recherche sur des rats mâles montre que trop d’éjaculation au-delà du point de « satiété » normale provoque des symptômes et des modifications cérébrales similaires à celles observées chez les rats qui consomment des drogues en excès. Les chercheurs croient que les changements sont une mesure de protection naturelle contre la surtimulation, ce qui (idéalement) fonctionne en mettant temporairement un frein. Quand un rat atteint la « satiété sexuelle », des gouttes massives dans les récepteurs androgènes (testostérone), ainsi que des « sursauts » dans les récepteurs des œstrogènes se produisent dans le circuit de récompense du cerveau et dans les centres sexuels.
Il est possible que, lorsque les utilisateurs de porno outrepassent constamment leurs mécanismes naturels de satiété sexuelle à l’aide du porno d’Internet, ils provoquent des changements plastiques similaires dans leur cerveau. Ou peut-être que ce mécanisme de « frein » cherche simplement à limité la libido du dépendant mec afin de limiter les dégâts, et d’encourager le sevrage :

 

Jeff : « Ma théorie: Nous avons commencé à nous masturber au porno sur Internet très jeune, continué à le faire comme des fous jusqu’à ce que nous épuisions nos esprits et nos corps. Lorsque vous êtes épuisé, votre cerveau et votre corps entrent en mode veille (que nous appelons « flatline ») afin de récupérer , et ce dans le but de le rendre à nouveau plus sensible, plus réceptif à la stimulation, à l’excitation. Si nous l’avions laissé se reposer à l’époque, il aurait probablement fallu quelques jours avant que les choses ne deviennent normales. Mais nous ne l’avons pas laissé se reposer. Malgré la période de Flatline, nous avons continué de consommer du porno pour encore et encore jusqu’à ce que nous arrivions au fond. Donc, maintenant, quelques jours ne suffiront pas à guérir de tout ça… Il faudra quelques mois ou même un an dans certains cas. Mais cela passera. »

 

Tout le monde ne trouve pas la flatline désagréable

 

Pour certains, c’est puissant:

Tchad: « Laisser le désir s’en aller est agréable. Ce n’est pas ce que je veux à long terme, rester sans désir pour toujours, mais en ce moment, j’ai le succès que je veux avec les femmes. Je n’ai pas envie de les emmener au lit. Se contenter de passer du temps avec elle et de s’amuser est déjà un succès. Et les femmes semblent apprécier cela. Et moi, à son tour, j’apprécie le contact féminin plus que jamais. Cela aide tellement dans ce processus. »

Sergio: « J’interprète ma « flatline » comme une réponse naturelle de mon cerveau qui en a besoin pour découvrir la sexualité normale. En partant de ce principe, j’ai commencé à apprécier la « flatline » parce que je ressens que ma sexualité ne me contrôle pas. Je peux me concentrer sur d’autres choses que le sexe et les femmes. C’est mieux que ces envies urgentes irrépressibles (« cravings »). »

Josh: « Honnêtement, je pense que la partie la plus effrayante des « flatlines » est le fait que quand vous n’avez plus de « cravings », vous faites vraiment face à la vie sans ce « patch » qu’est le porno, sans cette illusion de pouvoir s’évader en vous consolant de votre excitation sexuelle. Cela me rappelle quand j’ai quitté mon emploi et j’ai pris plus d’ une année de congé. Pendant les deux premiers mois, je traversais des jours plein d’anxiété. J’étais obnubilé par des regrets et des « et si… et si… » . Travailler sur ces problèmes sans la distraction, l’évasion qu’est le porno a été difficile, mais incroyablement important. »

Toby: « Les Flatlines sont effrayantes parce qu’elles brisent un mensonge auquel nous avons mordu pendant si longtemps – à savoir que l’ « homme du monde », est hypersexuel. Il vit une vie constante de sexe. Plusieurs partenaires, parfois en même temps, les femmes implorant presque l’homme pour du sexe. Il a la réputation d’être capable d’emmener toutes les femmes qu’ il veut au lit et de satisfaire tous leurs besoins et fantasmes sexuels. Dans notre obsession, nous passons beaucoup de temps à regarder le porno. La Flatline est un territoire inexploré pour les hommes, mais cela fait partie du processus de rééquilibrage. »

 

Astuces pour Guérir

 

hawaii-839801_1920

 

Il faut être Constant. Ceux qui récupèrent le plus rapidement (ceux qui « reboot » plus rapidement donc) sont constants dans leur démarche d’éviter toute sollicitation sexuelle pornographique ou pseudo-pornographique (ils évitent le porno oui, mais aussi les histoires pornographiques. Ils évitent également de trop taîner sur Facebook, Craigslist et les sites de rencontres en général. Ils évitent le « sexting » (pas de textes ni de photos sexuellement explicites) avec des éventuels partenaires, etc. Certains réduisent ou éliminent drastiquement la masturbation et l’orgasme (temporairement).

 

[NOTE DE LA VERITESURLEPORNO : la guérison n’a rien à voir avec le « reboot »… Attention donc à ne pas rester coincé dans une approche purement comportementale, comme c’est souvent le cas. Le souci n’est pas tant d’éviter les sollicitation (ce qui peut aussi être une erreur, comme le fait de vouloir se passer de support à tout prix dès le début du sevrage : lire : http://laveritesurleporno.unblog.fr/2018/01/23/je-narrive-pas-a-me-masturber-sans-support-visuel-je-nai-pas-le-choix-je-dois-donc-arreter-de-me-masturber/ . Enfin, même temporairement, je déconseille vivement d’éliminer la masturbation (sans porno). Lire : http://laveritesurleporno.unblog.fr/2018/03/31/pourquoi-vous-devriez-eviter-le-nofapla-flatline-une-etape-obligatoire/ ]

L’apparition du « Edging » (qui signifie en français « rester au bord », est un sevrage  où le seul mot d’ordre est de ne pas avoir d’orgasme, mais où le visionnage de porno est autorisé) est particulièrement préjudiciable, car 1) le porno sur internet semble causer des DE, et 2) les niveaux de dopamine restent généralement élevés pendant des durées beaucoup trop longues (certains dépendants se masturbent et/ou visionnent du porno sur le net pendant plusieurs heures, voire plusieurs dizaines d’heures dans certains cas extrêmes d’addiction), ce qui peut favoriser le phénomène de « Désensibilisation« .

 

N’essayez jamais de vérifier si êtes encore capable d’avoir une érection en regardant du porno. Lorsque votre libido est plate (Flatline), ou que vous rencontrez d’autres symptômes tels que le « Dead Penis » («pénis sans vie»), il est facile de paniquer et de vouloir vous tester avec du porno pour voir si vous pouvez encore vous forcer une érection.

 

Jed: « Forcer  » ou « vérifier » votre processus d’érection est contre-productif. Neuf fois sur dix, vous n’arriverez de toute façon pas à « bander » comme vous le voudriez, et vous allez vous angoisser. Vous ne le faites pas pour des raisons sexuelles, pour retrouver une bonne érection durant un rapport sexuel par exemple, ce qui signifie que vous n’êtes de toute façon pas du tout focalisés les pensées auxquelles votre pénis est sensible, car vous êtes coincé dans un genre de « check up » purement mécanique. Plus vous comprendrez à quel point la logique de vous «vérifier» est absurde, mieux vous comprendrez que l’érection forcée ne sert à rien et, très souvent, vous angoisse, et vous décourage. »

 

Soyez patient. Restez dans « la fosse » jusqu’à ce que votre corps vous fasse signe que votre cerveau et votre réactivité sexuelle reviennent à la normale, ou jusqu’à ce que vous sentiez qu’il est temps de relancer votre libido (ci-dessous). Pendant ce temps, si vous avez besoin d’aide pour réguler votre humeur, essayez de faire du sport, de flirter, de vous sociabiliser avec des amis, de faire de la méditation ou même  de prendre des douches froides.

[NOTE DE LA VERITESURLEPORNO : vous n’avez certainement pas besoin de prendre des douches froides. A part rendre le sevrage plus difficile et plus désagréable encore, cela ne vous avancera pas à grand chose. Pour vivre le sevrage en douceur, je recommande de lire la page : http://laveritesurleporno.unblog.fr/trouver-de-laide/ ]

 

Ne pas exagérer quand le moment arrive. Allez-y doucement une fois que vous aurez jugé qu’il est temps de réintroduire des éjaculations régulières. Plusieurs éjaculations avec peu de repos entre chaque ont renvoyé des garçons dans une nouvelle Flatline… Si vous vous êtes tordu gravement la cheville, cela aurait-il du sens de jouer six heures au basket-ball dès le lendemain de l’abandon de vos béquilles ? Au début, tout orgasme ou excitation intense peut déclencher un puissant « instinct de chasseur », et cela peut se traduire par une rechute brutale vers une frénésie de porno, ce qui bien entendu sabote votre sevrage… La masturbation uniquement « à la sensation », sans stimulation intensive, est moins problématique. Elle peut même être utile plus tard dans le processus de sevrage.

 

Ne vous comparez pas aux autres. Tout d’abord, les cerveaux diffèrent dans leur sensibilité et leur réponse à l’excès de dopamine (stimulation). Votre cerveau peut s’être adapté plus rapidement et peut avoir besoin de plus de temps pour revenir à l’équilibre. Deuxièmement, la réponse « engourdie » du cerveau au plaisir, qui provoque une désensibilisation, ne semble pas être directement liée aux nombre d’heures de visualisation selon les recherches. Il est lié à « l’intensité de l’expérience ».*

 

Si votre flatline ne s’améliore pas après plusieurs mois, et que vous sentez que vous êtes « bloqué », essayez de relancer votre libido. Si vos expériences sexuelles en tant qu’adolescent se sont limitées essentiellement à regarder du porno sur Internet et / ou à de la masturbation compulsive jusqu’à épuisement plutôt qu’aux vrais (potentiels) partenaires, alors vous devrez peut-être « compléter la formation » que vous avez manquée. Comme vous pouvez l’imaginer, la façon la plus efficace d’avoir des rapports sexuels avec un partenaire de confiance, qui favorisera des contacts affectueux sans exiger de performances sexuelles de votre part.

 

Cependant, certains hommes ont également trouvé diverses autres techniques utiles: les exercices de circulation de l’énergie, l’auto-massage sexuel et sensuel pratiqué régulièrement sous la douche (pas nécessairement jusqu’à l’orgasme) tout en se concentrant sur le toucher, et non les fantasmes pornographiques, ou (éventuellement) simplement une ou deux masturbations jusqu’à l’orgasme ( Sans pornographie ni fantasmes porno dans la tête). Pour plus de suggestions, visitez cette page.

 [NOTE DE LA VERITESURLEPORNO : Pour vivre votre guérison et votre sevrage en douceur et maintenir une libido sous contrôle, tout en sortant de la masturbation compulsive, pratiquez la masturbation contrôlée (masturbation en conscience) ]

Mark: « Au jour 120, j’étais préoccupé parce que ma libido était toujours très faible. J’ai décidé de me masturber sans porno ni fantasmes porno. Juste ma main, et des caresses très légeres. Rien à voir avec le fait d’ « empoigner l’anaconda »… Le but de ce test était de voir si je pouvais jouir sans aucune sorte de stimuli externes en dehors de la sensation. Eh bien, j’ai été très surpris ! Mon pénis est devenu dur après environ 2 secondes, et je veux dire vraiment dur. Je n’ai d’ailleurs pas tenu très longtemps. Je n’étais pas convaincu, cependant, parce que je ne m’étais pas masturbé depuis près de 4 mois. J’ai décidé d’essayer encore aujourd’hui, cette fois avec un préservatif. Eh bien, j’ai mis le préservatif sans problème, et je suis à nouveau devenu extrêmement dur avant et après, et je n’ai eu aucun problème à jouir dans le préservatif. Pour ceux qui s’inquiètent de leur libido, en fait ils vont probablement retrouver leur pleine santé, simplement ils ne le savent pas encore. Je pensais qu’après quelques mois, je me promenerai 24 heures sur 24 avec une érection, mais nous n’avons plus 15 ans. J’ai même envisager de voir un médecin et de vérifier mes niveaux de testostérone, donc cette session de masturbation m’a épargné de quelques centaines de dollars! Je sais maintenant que je n’ai pas de problème de santé. Vous pourriez essayer cela après 60 ou 90 jours. Si vous ne pouvez pas obtenir une érection en procédant ainsi, ne forcez pas. Vous avez besoin de plus de temps pour guérir. »

Dave: « Sexuellement, je me sens comme jamais je ne me suis senti avant. Mon corps entier se sent vivant sexuellement. J’ai l’impression d’avoir une nouvelle aire de jeux pour explorer seul ou avec quelqu’un d’autre. Le Porno ne m’intéresse plus. Je n’avais jamais prévu le fait d’abandonner la masturbation complètement, mais j’ai vraiment appris à distinguer les moments où mon corps a simplement besoin de relâcher la tension sexuelle, et ceux il veut le faire par ennui. Je me suis masturbé ce matin et c’était incroyable. Un autre objectif pour mes 90 jours sans PMO (Porn+masturbation+orgasme) était de retrouver la sensibilité dans mon pénis, perdue à cause de la masturbation que je pratiquais en serrant trop fort. J’ai retrouvé ma pleine sensibilité, donc je suis très content. Je suis sûr que le processus de guérison se poursuivra. J’ai appris que la masturbation n’est pas un problème comme le croient beaucoup de personnes. Elle a sa place et son heure c’est tout. Je pense que je commence à découvrir mon « être sexuel » pour la première fois à l’âge de 29 ans, et j’ai hâte de voir ce que l’avenir réserve. »

 

Le rétablissement est généralement progressif

 

sea-1993791_1920

 

Grant: « après 1 semaine, il me semblait que mon pénis était comme mort. Qu’il était fondamentalement mort. J’avais une trouille d’enfer. Mais après deux ou trois semaines, les érections du matin ont commencé à revenir. Elles n’étaient pas fortes du tout (seulement 20% je dirais), mais elles se sont améliorées et je dirais qu’elles sont à 70% environ de mes capacités normales la plupart du temps. »

Leo: « J’ai commencé NoFap il y a 146 jours tout en arrêtant de fumer et de boire. Les bénéfices ont été immédiats : une énergie très accrue et la sensation d’être hyperactif presque tout le temps. Cela s’est produit pendant les 2 premières semaines de mon sevrage. J’ai ensuite connue une Flatline du jour 15 au jour 45. Elle s’est terminée le jour où j’ai eu mon premier rêve érotique « humide », chose qui ne m’était pas arrivé depuis 6 ou 7 ans. Tout va de mieux en mieux depuis ce moment et c’est génial! »
Il n’est pas toujours évident de se rendre compte qu’on est guéri tant qu’on a pas re(trouvé) de partenaire :

 

Kent: « Lorsque j’ai vu que ma libido n’était toujours pas revenue après les 8 premières semaines de sevrage, je me suis inquiété, mais tout s’est bien passé. Continuez simplement et vous récupérerez éventuellement. Je n’ai vraiment commencé à me rétablir que lorsque je me suis mis en couple. Cela a ouvert les vannes. L’amélioration depuis quelques semaines est absolument folle. »

Hans: (Age 21) « Je n’avais pas d’érections spontanées avant de rencontrer cette fille [Il venait de faire l'amour pour la première fois, avec beaucoup de succès]. J’ai parfois envie de me toucher un peu, mais c’est tout. APRÈS avoir des relations sexuelles, j’ai parfois encore des érections juste par le simple fait de la prendre dans mes bras. Même en la regardant, je suis excité. Je pense que certains d’entre nous sont simplement construits différemment et ont besoin d’un partenaire réel pour vraiment relancer leur libido. »

 

Même après avoir commencé à remarquer un début de retour de votre libido, il est tout à fait normal de traverser à nouveau des Flatlines. La guérison se fait en « dents de scie » jusqu’à ce que tout revienne à la normale. Vous pouvez vivre des améliorations pendant plusieurs mois, puis à nouveau retourner dans une Flatline. C’est normal, il faut le temps que le choc neurochimique post-orgasme diminue :

 

Rob:  »j’ai passé 56 jours sans PMO et, après une seule et unique masturbation, je suis senti vide, anxieux, engourdi. Mais devinez quoi? Après ces 6 mois sans porno, je peux enfin dire que je n’ai plus à me soucier de ces états dépressifs aléatoires. Seul un léger brouillard cérébral persiste encore et c’est mon seul symptôme maintenant. »

Ahmed (after rebboting) : « Yesterday we were on the couch watching a movie, and she started kissing me. I was hard, and I knew it was a different erection, an old erection, a healthy, awake one, and guess what? We made love, without any ED, without any fantasies, and it felt like she was a new person I was discovering. Even I felt like a new person. Sex was not foggy anymore, and even after orgasm I didn’t feel any sadness, just plain healthy satisfaction. »

 

Conclusion:

 

Il y a encore beaucoup à apprendre sur le phénomène de flatline, mais pour l’instant, les témoignages sont les meilleures données que nous avons. Bien que les gars se rétablissent bien en général, les jeunes gens d’aujourd’hui ont parfois besoin de plus en plus de temps. Dans cette vidéo, un jeune de 25 ans a besoin de 9 mois pour pouvoir à nouveau être stimulé normalement au lit, et il a eu le luxe d’avoir une petite amie.

 

Glen: « C’est différent pour tout le monde. Quelques gars ont flatline qui dure longtemps, pour d’autres ça dure moins longtemps, et certains n’en ont jamais. Il est difficile de mesurer tout ça, car cette dépendance est nouvelle. Espérons que dans quelques années, nous allons commencer à voir certaines tendances et être en mesure de donner de meilleurs conseils à ceux qui viennent de se lancer dans le sevrage. Malheureusement, nous sommes les pionniers dans ce domaine. »

 

Une réponse

Ecrivez un commentaire
  1. Bravo pour cette traduction de cet article; c’est très intéressant

    ultreia (membre du forrum pornodependance 23 septembre 2017 à 14 h 10 min Permalink

Ecrivez un Commentaire

Commenter Gravatar

Nsjtpe |
Fivmikiwi |
Lrlovecoco |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Astuces de Maryse
| Weightwatchersthebest
| Assovivrelibre